Travaillez-vous sur votre marque employeur ?

La pénurie de main d’œuvre dans certains secteurs est un sujet qui préoccupe beaucoup de dirigeants d’entreprise. Comment attirer des futurs employés et comment réussir à les garder pour éviter de tout recommencer ?

Quelle est votre marque employeur ?

Dans un monde où l’information est partout et accessible à tous, et dans lequel les systèmes de notation sont devenu monnaie courante, ne pas travailler sur sa marque employeur équivaut à négliger sa réputation. Les risques en matière de recrutement sont importants puisque des candidats refuseraient un poste dans une entreprise ayant une mauvaise réputation.

La marque employeur est un enjeu fort pour les entreprises peu connues et une manière de se démarquer de leurs concurrents. Aujourd’hui, beaucoup de candidats recherchent des informations à propos de la réputation d’une entreprise sur internet. Comme n’importe quel consommateur, les candidats seront plus sensibles aux avis des employés anciens et actuels qu’à la communication officielle de l’entreprise. Ces informations sont recherchées via des plateformes de notation d’entreprises comme Glassdoor mais aussi les réseaux sociaux, comme LinkedIn.

Bâtir votre histoire

L’individu aime et retient les histoires. Cette technique narrative vise à toucher le client mais aussi les employés. C’est à travers cette narration que la culture d’une entreprise est dévoilée et que ses valeurs sont partagées.

Construire son storytelling permet de se démarquer des autres entreprises, de créer sa notoriété, d’instaurer la confiance, mais aussi de vendre et de se faire connaitre, notamment lorsque l’on est nouveau sur un marché.

Les employés doivent pouvoir s’identifier à leur entreprise et à ses valeurs pour avoir un sentiment d’appartenance. Les valeurs doivent donc être communes et visibles dans les actions de l’organisation et ne pas se limiter à des  « mots valise » vides de sens.

Connaissez-vous LA raison d’être de votre entreprise ?

Laissez-moi vous raconter une histoire, celle d’un président (Kennedy) et d’un concierge de la NASA. Lors d’une visite, le président aurait demandé au concierge ce qu’il faisait, alors que celui-ci tenait un balai à la main. L’homme aurait répondu :

« Eh bien, Monsieur le Président, j’aide à envoyer un homme sur la Lune ».

Pour que les collaborateurs puissent s’identifier et ressentir une appartenance avec leur organisation, il faut que la raison d’être de cette dernière soit définie. Elle n’a pas besoin d’être quelque chose d’atteignable, mais plutôt un objectif vers lequel aller et qui répond au “pourquoi” de l’existence de l’entreprise. Pour définir la raison d’être d’une entreprise, il faut partir du besoin du client (non satisfait ou mal satisfait par la concurrence), puis rechercher la singularité.

Cette raison d’être ne doit pas changer mais elle doit inspirer le changement pour l’atteindre. Par exemple, la raison d’être de Disney c’est de « rendre les gens heureux ». C’est grâce à cela que les clients achètent et que les employés s’engagent. Si les employés y croient, ils seront fiers d’y contribuer.

Bien trop souvent, les missions des entreprises sont tournées vers des grandes initiatives qui visent principalement à donner de la valeur à leur business. Un exemple : vouloir être le leader de son secteur. Mais la raison d’être d’une entreprise devrait être plus que cela pour réunir ses employés autour de sa mission. Elle doit avoir du sens pour eux et être inspirante afin de leur donner envie de participer.

Définir une EVP (Employee Value Proposition)

Pour améliorer l’expérience employé au sein d’une organisation, il ne suffit pas d’avoir une mission et des valeurs. Cela doit être réel et se manifester au quotidien dans la stratégie et les décisions prises par l’entreprise, ainsi que se refléter dans l’offre proposée aux candidats. Car pourquoi devraient-ils travailler pour l'organisation ? L’EVP est l’offre de l’entreprise à l’employé, tel que le développement professionnel, un équilibre de vie ou bien d’autres avantages.

Beaucoup d’entreprises ne présentent à leurs candidats que la mission et les valeurs puis passent tout de suite à leurs attentes (certaines ne présentent même que les attentes).

L’investissement sur l’image de l’entreprise n’est donc pas à négliger et doit aller au-delà du consommateur. L’employé est désormais la voix de l’entreprise et elle est importante, notamment en matière de recrutement puisque 70% se ferait par du « bouche à oreille »*.

Paula Alvarez

Conseillère
Aplus

* https://recruteur.careerbuilder.fr/hubfs/PDF_Files/Candidate_Behaviour_Study.pdf?submissionGuid=fde6f688-995b-4c7a-8943-c938d20e96e2

Pin It on Pinterest

Share This