Transformation du monde du commerce de détail

Parlant de transformation numérique, le 14 octobre 2017, je publiais un article sur LinkedIn intitulé :  "Plus que Sears. Le face du commerce de détail ne cesse de changer."

Il est intéressant de constater qu'un an plus tard mon titre ne tenait plus... On annonçait en octobre 2018 que Sears allait également être rayé de la carte. Il n'en reste plus, ou bien si, un dernier: La compagnie de la Baie d'Hudson. Espérons qu'ils sauront s'adapter et survivre. Démonstration frappante de la théorie de Darwin. Food for thoughts comme on dit!

Voici ce que je publiais en octobre 2017:

Ce n’est pas que Sears!!!

Quelle ne fut pas ma surprise ce matin en faisant une recherche sur Google de voir apparaître ces images. Tous des commerces de détails de mon enfance... et il en manque: Woolco, Dupuis & Frères, Distribution aux consommateurs, Zellers, Bovet, Radio Shack, et j’en passe.

Ils avaient des modèles d’affaires différents, malgré tout, ils ont tous disparu. Qu’adviendra-t-il de nos fleurons du commerce de détail s’ils n’acceptent pas de se transformer?

La question n’est pas de savoir si c’est nécessaire, la réponse est évidente. Mais comment? Pour se transformer, il ne s’agit pas de concocter une série de projets qui forment une vision de l’organisation de demain. Il faut surtout que tout le monde accepte de se transformer, en commençant par les dirigeants. Vous connaissez l’expression ‘On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs’? Et bien on ne se transforme pas sans changer ses modes de gestion, sa culture, etc. Pensez-y avant qu’il soit trop tard.  Il y a beaucoup de support à la transformation disponibles de différents paliers de gouvernement. Il n’est pas trop tard.