Pourquoi ? La question à se poser en 3 temps

Lorsque vous démarrez un projet, peu importe son envergure, prenez-vous le temps de vous interroger sur le pourquoi ? Ou êtes-vous déjà dans le « Qui », « Quand » « Comment » ?

Nous sommes tous passés par là. Nous voulons tellement nous mettre en action que nous oublions de prendre le temps de nous questionner sur le « pourquoi ». Lequel, avouons-le, semble nous ralentir alors qu’on est pressé de définir comment on va mettre en place la nouveauté, ce qu’on va changer et quand on va le faire.

Pourtant, en partant trop vite on se prive d’un repère important qui sera utile tout au long du projet. Résultat : les joueurs prennent des directions opposées, l’énergie s’épuise rapidement ou on reste figé au point de départ.

Pour réussir à atteindre la ligne d’arrivée, il faut non seulement prendre le temps de se poser la question du « pourquoi », mais aussi de le faire selon 3 angles et dans le bon ordre.

Le premier « pourquoi » : celui qui signifie “ à cause de quoi ”

C’est le motif derrière le premier mouvement, c’est celui par lequel on ouvre une porte pour quitter le lieu où l’on se trouve. Bien comprendre les motifs du départ nous aidera à avancer par la suite. Pour ce faire, il faut regarder la situation actuelle en face et surtout, connaitre les raisons pour lesquelles elle ne peut plus exister. Oser accepter notre réalité avec ce qu’elle a de beau et de laid. Sans ce regard sur notre situation actuelle, il sera difficile plus tard de définir le chemin.

C’est le « pourquoi » qui demande un temps d’arrêt pour honorer ce qu’il y avait de beau, dans ce que nous quittons. C’est le pourquoi qui célébré ce qui a existé et qui dit au revoir. Peu importe de quoi était rempli ce chapitre que l’on termine, il a été nécessaire. Nous avons retenu quelque chose, que peut-être nous apporterons dans la prochaine étape.

Le deuxième « pourquoi » : celui qui inspire

C’est la question qui fait appel aux émotions et qui donne du sens. C’est celle à laquelle Simon Sinek fait référence dans “Start with why”. Pour arriver à ce « pourquoi », il faut oser se regarder dans le miroir avec authenticité et accepter ce que l’on voit dans sa totalité. C’est celle qui est la plus proche de vos valeurs, de votre essence. C’est la vision.

Pour qu’une entreprise ait une vision forte, il faut que ses leaders osent revenir au rêve de départ, à la vision et, au besoin, questionner celle-ci. Un projet sans vision forte ne sera qu’un changement, jamais une transformation. C’est le « pourquoi » le plus difficile à définir en mots : pourtant quand on y touche, on sait qu’on est au bon endroit. Pour y avoir accès, il faut oser sortir de notre cadre, se déstabiliser, se mettre en position de vulnérabilité et prendre le risque de penser autrement.
La vision a besoin de temps et de recul pour se clarifier, c’est pour ça que c’est souvent en retraite d’équipe, loin du quotidien qu’elle apparaît le plus clairement.

Le troisième « pourquoi » : celui qui définit la direction à prendre

Celui-ci s’écrit en 2 mots  : pour quoi ? Il nous force à réfléchir à ce vers quoi nous voulons aller. Pour y répondre, il faut donner une forme concrète à la vision, en commençant par imaginer notre situation dans un futur lointain, puis on recule un plus près de nous vers des objectifs accessibles dans 3 ou 5 ans. De cette cible à atteindre naitront des actions concrètes, qu’il faudra définir dans un plan d’action qui nous mettra en branle, une action à la fois.

Ce « pourquoi » est essentiel et important, mais une fois que la vision est définie, on a tendance à l’oublier. Pourtant, si on ne définit pas clairement par des termes concrets la cible à atteindre, on implantera des solutions imparfaites qui devront finalement être repensées.

C’est le « pourquoi » des orientations et des objectifs, c’est lui qui servira d’étalon de mesure du succès et grâce auquel on établira les priorités tout au long du chemin.

La prochaine fois que vous démarrez un petit projet ou une grande initiative de transformation, prenez le temps de vous demander pourquoi. En puisant dans les leçons du passé, en étant enligné sur qui vous êtes et en ayant un but clair à atteindre dans le futur, vous verrez combien il sera plus facile d’adresser les « comment », « quand » et « qui » auxquels vous aurez à répondre.

Sophie Legendre
Directrice principale
Aplus

Pin It on Pinterest

Share This