EN

La voix du leader #6

Qu’auriez-vous voulu savoir avant de démarrer votre projet de transformation ? 

Plusieurs questions surgissent lorsque l’on démarre un projet. Certaines trouvent leur réponse en cours de route, d’autres resteront en suspens, et il y a celles auxquelles on n’avait pas pensé. Celles qui font partie des angles morts. Ces choses que l’on aurait bien voulu savoir avant de démarrer. Nous avons interrogé des leaders à ce sujet. Voici leurs réponses : 

  • Bien identifier l’objectif premier de la transformation. Identifier et partager l’objectif premier de la transformation afin de définir s’il doit être et peut être applicable à tous les autres projets. 
  • L’importance de mettre en place un comité de transformation. Beaucoup d’entreprises font l’erreur de penser qu’il n’est pas nécessaire de dédier pleinement des gens à ce travail. Que les gestionnaires sont en mesure de le faire et d’assurer cette charge supplémentaire. On aimerait tous que les gestionnaires puissent gérer la transformation en parallèle. Cela est peut-être possible dans une structure de petite taille, mais impensable dans une grande organisation.  
  • Séparer l’opérationnel du stratégique. Lorsqu’on amorce une transformation il y a toujours le risque de se laisser envahir par les opérations. Il faut dès le départ accorder du temps à la stratégie de transformation et surtout ne pas le sous-estimer! Il faut dédier du temps et des ressources si l’on souhaite réussir sa transformation.  
  • Connaitre la signification de la transformation pour l’exécutif. Savoir à quel point l’entreprise est prête à se transformer et pas seulement en ce qui concerne la partie TI. Connaitre clairement leurs attentes afin de savoir ce qu’on veut mesurer et comparer.  
  • Analyser la capacité de l’organisation. Évaluer si l’entreprise et tous les contributeurs ont la capacité et les outils pour mener à bien la transformation.  
  • Faire appel aux bonnes personnes. Les contributeurs ne seront pas nécessairement les mêmes en fonction de leur activité, par exemple s’ils sont en charge des opérations courantes ou de la transformation. Pour tenir les actions courantes, on a besoin de gens qui sont réactifs, qui agissent rapidement dans le quotidien et qui aiment le concret.  Pour se transformer, il faut des gens qui sont capables de se projeter dans le futur, de naviguer dans l’ambiguïté et l’incertitude et qui peuvent travailler avec des choses incomplètes. 
  • Besoin de partager et de s’ajuster plus fréquemment. Au départ, on ne réalise pas que le fait de se transformer veut aussi dire se réunir plus fréquemment.  Il faut s’aligner, il faut communiquer et consulter et cela demande du temps supplémentaire. 

Paula Alvarez

Conseillère
Aplus

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram