EN

Démasquer les parties prenantes !

On peut parler d’auditoires, de publics cibles ou de parties prenantes, ils sont invariablement impliqués de près ou de loin dans votre projet et ils font également partie de la solution ! Mais qui sont-ils ? 

La littérature nous apprend que notre auditoire est composé de gens ou groupes de gens qui ont comme point commun d’être impactés, affectés ou influencés par un projet ou une activité donnée. Ceci étant dit, quels sont les avantages d’en faire une analyse ou une cartographie ? Je vous donne un indice, pensez-vous que vous auriez le même niveau de langage si vous vous adressiez à un groupe d’étudiants puis à un groupe de personnes âgées ? Voilà, vous avez votre réponse, nous devons nous adapter. 

En quoi mon auditoire fait-il partie de la solution ? 

Nous sommes dans une ère ou nous devons prendre en compte l’opinion des différents acteurs qui gravitent autour d’un projet. Plutôt que de les voir comme un obstacle, voyons-les comme des parties prenantes du projet car lorsqu’ils sont engagés, ceux-ci forment un bassin de savoir et de compétences qui procure de nombreuses solutions ou alternatives à un projet.  

Et concrètement ça se passe comment ? 

Plusieurs modèles de cartographie des parties prenantes existent afin de nous aider à positionner adéquatement les besoins de ceux-ci et de déterminer dans quelle sphère nous les retrouvons. Un des modèles les plus courant de cartographie des parties prenantes (la matrice pouvoir intérêt) nous suggère cette classification selon deux axes principaux et quatre niveaux d’intérêt. Ainsi on pourra classer son auditoire selon les quatre groupes suivants : 

  • Personnes avec un pouvoir important et très intéressées (Engager étroitement) 
  • Personnes avec un pouvoir important, mais peu intéressées (Maintenir satisfait) 
  • Personnes avec un pouvoir faible, mais très intéressées (Maintenir informé) 
  • Personnes avec un pouvoir faible et peu intéressées (Prendre en compte) 

Personnellement, j’aime bien ajouter la notion des parties prenantes internes vs externes. Cette dimension nous permet d’équilibrer nos messages et de donner le bon ton en lien avec les valeurs de l’entreprise notamment pour nos audiences internes. L’utilisation de ce modèle permet en autre d’établir la confiance, de planifier les actions de manière stratégique et d’obtenir davantage de rétroaction sur le projet. Plusieurs autres modèles existent notamment pour des projets d’une grande complexité, je vous invite à faire vos recherches pour trouver celui qui répond à vos besoins. 

Approfondir et démasquer notre auditoire… 

C’est maintenant le moment de creuser pour découvrir quelles sont les motivations de nos différents auditoires. Pour ce faire il faudra se poser plusieurs questions à savoir :

  • qu’est-ce qui les motivent ?
  • quels sont leurs besoins (information, communication, être rassuré) ?
  • quelle est leur opinion sur le projet (😊😕☹️) ?
  • ont-elles des intérêts particuliers (économique, sociaux, légaux)?

Il faut toujours garder en tête que votre projet a peu de chance d’être avalisé dans son entièreté lors de sa présentation initiale. Alors autant se préparer à faire face aux demandes de modifications et aux critiques positives et engager le dialogue avec vos diverses parties prenantes afin de les engager le plus tôt possible dans votre projet.

Allez-y, démasquez vos alliés ! 

Geneviève Laforest
Conseillère en communication et gestion du changement

Aplus

Envie d'en savoir plus ?

Abonnez-vous à notre infolettre pour recevoir nos contenus et actualités 

linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram