Défis de transformation : Est-ce une transformation ou non?

« Peut-on vraiment parler de transformation? Le mot n’est-il pas un peu fort, Marcel? ». « Si on modifie nos processus et nos systèmes sans changer notre modèle d’affaires et nos produits, est-ce vraiment une transformation? ». Mes clients me posent souvent ces questions. Voici ce que je leur réponds.

Transformation : le mot qui fait peur

Transformation, le mot en T peut faire peur. Pourquoi? Parce qu’il est souvent synonyme de bouleversements majeurs dans l’entreprise, de chaos, de pertes d’emplois et de beaucoup d’incertitudes et de questionnements.

Aussi, au lieu d’utiliser un mot aussi fort, aussi chargé en sous-entendus, nombre de dirigeants préfèrent parler de plan stratégique, de modernisation, de programmes ou de projets.

Comment définir et repérer une transformation?

Si on simplifie, j’ai observé qu’il existe deux écoles :

  1. Ceux qui font valoir que, dès qu’une initiative implique des changements des façons de faire, des processus, il s’agit d’une transformation.
  2. Ceux qui n’utilisent ce mot que lorsqu’une entreprise prend un virage majeur qui remet ses fondements en question.

Transformation : la nouvelle norme

Au-delà du débat sémantique, je considère aujourd’hui qu’il y a une constante dans la majorité des organisations : Elles se doivent de s’engager d’une façon ou d’une autre dans des changements majeurs, peu importe leur nature, pour assurer leur pérennité.

Dès lors, qu’on appelle ces changements « transformation » ou autrement devient secondaire.

L’important est de comprendre que pour s’adapter à un monde qui se digitalise et évolue à vitesse accélérée, une transformation n’est plus un événement, c’est une nouvelle norme.

Il y a transformation et… transformation

Comme on le fait avec les tempêtes tropicales, on peut classer les transformations en différentes catégories :

  • Catégorie 1Améliorations : Nombreux changements apportés en continu aux opérations courantes pour améliorer la performance (nouveaux équipements, nouvelles procédures, réorganisation d’un secteur). Ici, les changements sont surtout internes et provoquent un petit vent de changement, généralement limité à un secteur.
  • Catégorie 2Changements majeurs : Des projets majeurs transforment nombre de façons de faire (ex. : achat et implantation d’une nouvelle plateforme de gestion de la relation client (GRC en français ou CRM pour Customer Relationship Management, en anglais). Ici, les changements sont de l'ordre d'une petite tempête localisée. Ils sont souvent plus longs à implanter et touchent une population plus large, mais se cantonnent généralement à certains secteurs de l’organisation.
  • Catégorie 3Transformation de croissance : Acquisition, fusion, ou accélération de la cadence, etc. qui donne naissance à une nouvelle organisation (ex. : achat d’Alcan par Rio Tinto). Ici, les changements sont liés à des facteurs externes et visent à atteindre de nouveaux marchés, élargir sa gamme de produits, répondre à une demande accrue, etc., sans pour autant bouleverser l’industrie.  Ces changements provoquent souvent une tempête à l'interne (restructuration, nouveaux processus et systèmes, nouveaux modes de gestion, etc.).
  • Catégorie 4Transformation de survie : Redressement important, voire majeur, pour sauver une organisation de la décroissance (ex. : Research in Motion avec le Blackberry ou nombre d'entreprises qui doivent moderniser leurs systèmes, processus et structures pour demeurer compétitives). Ici, l’industrie, la compétition et les clients (facteurs externes) poussent l’entreprise à d’importants changements internes pour survivre ou retrouver la croissance. Cela entraîne une tempête tropicale de changements  travers toute l'organisation.
  • Catégorie 5Transformation proactive : Transformation du modèle d’affaires de l’entreprise qui génère des bouleversements dans l’industrie (ex. : La Presse devient La Presse +). Ici, l’entreprise provoque des changements majeurs dans l’industrie pour répondre à l’évolution de plusieurs facteurs de son environnement. C’est un ouragan pour l’entreprise qui balaie l'industrie sur son passage.

À vous de jouer

Peut-on parler de transformation dans votre entreprise? À vous de décider. Quoiqu’il en soit, une chose est sûre, si votre organisation n’est pas prête à se transformer d’une manière ou d’une autre, ce n’est qu’une question de temps avant qu’elle ne s’y mette pour assurer sa pérennité, voire sa survie.

Marcel Auclair,
Cofondateur, vice-président et conseiller stratégique
Aplus
Marcel.auclair@aplustransition.com

 

Photo by Josep Castells on Unsplash