Comment communiquer pour favoriser la collaboration ?

Combien de fois ai-je entendu ce commentaire : « On en a parlé souvent! Les employés sont au courant! ». Vous avez annoncé les grands changements lors de la rencontre annuelle, envoyé un courriel et publié sur votre intranet. Pourtant vous avez l’impression d’être seul dans votre quête.

Ne pas confondre communiquer et… communiquer

Ce grand projet, cette transformation, vous en rêvez depuis des mois, vous y pensez jour et nuit. La transformation que vous amorcez est complexe et vous avez besoin des mains, du cerveau et du cœur de vos employés.

Vous avez le sentiment d’avoir bien communiqué, que les employés ont écouté votre discours et ont semblé enthousiastes. Pourtant, vous avez l’impression que rien ne bouge. Avez-vous communiqué pour les informer ou pour qu’ils collaborent?

Pour avoir davantage de garanties que votre message passe, communiquez plus souvent et variez la manière dont vous le faites. Sur le fond, adaptez votre message à vos cibles, et sur la forme, utilisez des médias différents.

Communiquer pour favoriser la collaboration

Au lieu de communiquer pour motiver ou informer, pensez à communiquer pour encourager la collaboration. Voici quelques éléments à prendre en compte pour y arriver :

  • Respectez où ils sont : Donnez le temps aux gens de parcourir le chemin que vous avez parcouru. Ne leur parlez pas de vos préoccupations aujourd’hui, parlez d’abord de ce qui vous préoccupait il y a quelques semaines, pour qu’ils puissent parcourir le même chemin que vous. Expliquez les enjeux et la vision, de manière à ce qu’ils puissent les traduire dans leur quotidien, avec leurs clients, leurs collègues, etc.
  • Faites preuve de curiosité : Vous n’avez pas les moyens de ne pas entendre ce que vos employés ont à dire. Sans le vouloir, quand vous en parlez, vous donnez VOTRE point de vue. Modérez votre enthousiasme : Il peut vous aveugler et vous empêcher de laisser de l’espace à vos collaborateurs et à leur point de vue. Évitez les réponses du type : « Oui, mais... ». Utilisez plutôt : « Je ne comprends pas bien ton point de vue, aide-moi à y arriver… »
  • Osez dire que vous ne savez pas tout : Contrairement à ce que vous croyez peut-être, votre air assuré de leader (« Voici le chemin, voici comment nous allons y arriver », etc.) nuit peut-être à l’implication de votre équipe. Si vous voulez qu’elle propose des solutions, osez être vulnérable, racontez les erreurs qui ont mené aux choix que vous faites, avouez que vous ne savez pas tout et que vous avez besoin de la collaboration de tous pour arriver aux résultats attendus.

Privilégiez l’authenticité

En choisissant un dialogue de proximité teinté d’humilité, de transparence et d’authenticité, vous créez un environnement sécuritaire.

Pour que les gens se sentent impliqués, il faut qu’ils aient l’impression que toutes les opinions sont valables, qu’il est tout à fait correct de ne pas comprendre, de ne pas savoir, ou de faire des erreurs.

Soyez ouverts à ce qu’ils ont à raconter et aux questions qu’ils posent et donnez-leur le temps d’avancer, d’évoluer pour parvenir là où vous vous êtes rendus. Vous pourriez être étonnés des résultats!

Sophie Legendre,
Directrice principale
Aplus

Pin It on Pinterest

Share This