Série Défaire les silos – Améliorer la collaboration par initiatives

Quoi de mieux pour favoriser la collaboration que de réunir des représentants de plusieurs secteurs, de plusieurs disciplines, de plusieurs niveaux hiérarchiques ou de plusieurs établissements autour d’un projet ou d’une initiative commune? Vrai. Malheureusement, la réalité du terrain nous présente trop souvent un tout autre tableau.

On va de l’avant avec une initiative, mais chacun se présente avec ses objectifs. Ce qui aurait pu devenir une occasion de collaboration incroyable, se transforme alors en affrontement. « Vous ne comprenez rien. » « On ne peut accepter cela. » « Cela ne fonctionnera pas ici. Nous sommes différents. » « Il n’en est pas question. Ce sera à mon corps défendant. »

C’est un peu comme si les joueurs de la Ligue nationale de hockey rassemblés pour le Match des étoiles continuaient à porter le chandail de leur équipe au lieu d’enfiler, par exemple, le chandail de l’équipe de l’Ouest. Un joueur des Bruins de Boston risquerait de vouloir rentrer dans la bande son coéquipier du Canadien de Montréal au lieu de se concentrer sur leur objectif commun de gagner le match contre l’équipe de l’Est. Cela ne fait aucun sens direz-vous. Vrai. Pourtant, c’est monnaie courante dans nos entreprises.

Comme me l’a déjà dit un directeur d’usine : « Pendant que nous nous battons entre nous, nos compétiteurs se tordent de rire. »

Mon constat, après avoir été impliqué dans des dizaines d’initiatives de changement, est que nombre d’entre elles ne réussissent pas parce qu’on ne sait pas collaborer. On se campe dans nos positions. On définit les problématiques en noir ou blanc. « Si tu n’es pas avec moi, tu es contre moi. »

Il est temps, et même urgent, que nous apprenions à devenir des collaborateurs efficaces. Ce qui signifie notamment apprendre à écouter. À cesser de blâmer. À ne plus chercher des coupables mais des solutions. À explorer l’univers de l’autre. À présenter sa perspective calmement. À influencer avec respect. À demeurer centré sur l’objectif commun. À s’ouvrir à explorer de nouvelles avenues.

Le monde va trop vite et est devenu trop complexe. Nous n’avons plus le luxe de nous affronter aux dépens de l’intérêt commun. Je pense sincèrement que l’avenir appartient aux leaders facilitateurs et collaborateurs. Êtes-vous l’un d’eux?

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire.